Après plus de dix-huit ans de créations théâtrales, le dodo pointe enfin le bout de son nez dans un texte écrit par Christophe Botti ! 
Pour mettre en scène "Sous la varangue" et donner vie au dodo sur scène, nous avons décidé de mêler imaginaire et réalisme. 
Le texte de la pièce se termine par ces mots :


GUILLAUME. Il faut danser avec l’instant présent pour que le passé et le futur n’aient plus d’importance.

Guillaume et Saloni rejoignent le dodo dans une danse sensuelle et mystérieuse.        

 

cover sous la varangue edition les cygnes


Faire danser un squelette de dodo sur scène ! Encore faut-il savoir l'apparence que prendra ce squelette !
Dès lors, nous avons décidé de pousser plus loin nos recherches sur le dodo. Passionnés depuis l'enfance par cet oiseau presque mythique, nous avons lu beaucoup de livres sur lui. 

Pour mieux le connaître et réfléchir à sa représentation dans notre mise en scène, nous avons entamé des recherches auprès des musées et des scientifiques français. 
Voici le premier d'une série d'articles sur nos "rendez-vous avec le dodo" dans les musées européens.

fossiles de dodo Fabrique des savoirs 3


L'île Maurice et la France conservent un lien fort. Même si le dodo était déjà éteint à l'arrivée des Français sur l'île, notre célèbre volatile est bien représenté dans les collections des Muséums d'Histoire naturelle de l'hexagone grâce à cette tradition culturelle et scientifique reliant les deux pays. Les "pièces à conviction" sont assez rares dans le monde : une petite trentaine de musées possède des ossements de dodos dont quatre en France ! 

Nous avons donc décidé d'enquêter dans les musées.
En débutant nos recherches, nous avons appris qu'un véritable trésor avait été retrouvé en 2009 dans les réserves du Musée d'Histoire naturelle de l'aglo d'Elbeuf-sur-Seine (Seine-Maritime). Un squelette (incomplet) de dodo dormait là, oublié de la communauté scientifique française et internationale. 

Avec le soutien de la CREA (Communauté d'agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe), l'ancien musée d'Elbeuf a fait peau neuve entre temps et, depuis 2010, c'est une institution à la pointe de la muséographie moderne : La Fabrique des savoirs regroupe des départements d'histoire naturelle, d'archéologie et de mise en valeur du patrimoine industriel local (industrie textile). 

La partie science naturelle a hérité des collections constituées à partir de 1844 par le naturaliste Pierre Noury. 
 

logo fabrique des savoirs

Nous prenons contact avec la direction de La Fabrique des savoirs afin d'en savoir plus : le dodo est-il exposé ? Pour l'instant, il est dans les réserves. Nous demandons s'il est possible de le voir...

 

fossiles de dodo Fabrique des savoirs 1

Le 12 novembre 2013, Jérôme Tabouelle, naturaliste et Conservateur du Musée, en charge des Sciences de la vie, nous reçoit et sort pour nous les ossements du dronte. C'est notre première rencontre d'aussi près avec un squelette de dodo !!! Nous sommes plutôt émus.

Ces ossements fossiles proviennent du site de la Mare-aux-songes (sud-est de l'île Maurice). Georges Clark (instituteur et naturaliste) et Georges Higginson (ingénieur) y débutent des fouilles en 1865.  
Le squelette d'Elbeuf appartient probablement aux lots exhumés sur ce même site entre 1910 et 1930. Paul Carié est alors le propriétaire du terrain. Ce naturaliste était un correspondant du Muséum d'Histoire naturelle de Paris à Maurice. Il offrit  des squelettes composites (c'est-à-dire reconstitués à partir d'ossements ayant appartenus à plusieurs oiseaux) à quelques musées à travers le monde. Le Musée d'Histoire naturelle d'Elbeuf-sur-Seine reçoit de Monsieur Carié un ensemble d'ossements fossiles de dronte en 1923.
 

fossiles de dodo Fabrique des savoirs 2

Au cours de notre rendez-vous, Jérôme Tabouelle répond avec beaucoup de patience à nos questions (parfois naïves) sur son métier de paléontologue et sur les diverses expéditions scientifiques qu'il a montées, notamment au Spitzberg et au Maroc (voir les archives du blog : Les Géants des Kem Kem). C'est passionnant pour nous de mettre un pied dans un univers éloigné de notre environnement artistique. De plus, le protagoniste de "Sous la varangue" étant lui-même scientifique, c'est très enrichissant ! Cette conversation fait remonter en nous d'anciens souvenirs de notre bac biologie et math ! Et notre envie d'écrire un spectacle à destination du jeune public autour du dodo et de la biodiversité sort renforcé de cette discussion.

Jérôme Tabouelle répond notamment à notre interrogation sur la couleur des ossements que nous avons sous les yeux. Leur fossilisation a eu lieu dans un terrain boueux et plutôt acide, d'où la teinte brunâtre... Dans "Sous la varangue", Guillaume Le Dantec découvre lui aussi des ossements dans une mare imaginaire nommée "la mare aux illusions" (une allusion et un hommage à la fameuse Mare-aux-Songes !). Si nous souhaitons rester proches de la réalité, le squelette de dodo ne devra donc pas être blanc, comme les spectateurs pourraient s'y attendre !!!

Nous profitons de cette visite pour découvrir les expositions permanentes et temporaires de La Fabrique des savoirs. 

afiche les ailes de l'évolution


POUR VOIR LE DODO D'ELBEUF, RENDEZ-VOUS DANS L'ALLIER !!! La fabrique des savoirs prête en effet son squelette de dodo à Paléopolis où il sera soclé et pour la première fois exposé dans le cadre de l'exposition "Les Ailes de l'évolution, quand les poules avaient des dents" à partir d'avril 2014.