SÉANCE PHOTO COUVERTURE Deuxième semaine mauricienne tout aussi intensive que la première.

 La préparation de la lecture de « Sous la varangue » pour la Nuit des Musées de La Fabrique des Savoirs d’Elbeuf en avril dernier nous avait permis de dessiner avec David Furlong et Benjamin Gilot la manière de créer avec chacun deux personnages très différents avec un physique pourtant très semblable. Nous avons commencé le même travail avec Vinaya Burrel cette semaine. Ainsi Shana a-t-elle commencé à vivre devant nous alors que nous abordions la partie de la pièce se déroulant en 1936.

Le puzzle se complète et, avec notre quatrième interprète, Bertrand d’Unienville, nous avons déroulé plus d’une heure de pièce en fin de semaine.

C’est assez exaltant, chaque jour, en fin de journée, quand la maison musée Eurêka ferme au public, d’investir la varangue et de jouer, accompagnés par le chant du cardinal, des pic-pics et des bulbuls, les croassements des grenouilles Buffles et les vols de Roussettes.

12046936_10154664807538539_6968959334960351738_n

Autre grand moment de la semaine, une séance de travail avec le compositeur interprète Richard Beaugendre.

Richard est une pointure dans son pays, connu pour son groove, ses mélodies puissantes et ses textes en créole qui expriment ce qui avait été peu exprimé en musique mauricienne avant lui.

Il sera sur scène à Eurêka avec nous et jouera, entre autres, une chanson inédite qui me trotte sans cesse dans la tête : « Anba lavarang ». Les autres instrumentaux au croisement de l’Afrique et de l’Inde sont tout aussi merveilleux.

Cette semaine, également, visite de l’équipe au musée de la photo de Port-Louis où Tristan Bréville nous a permis d’accéder à son ordinateur magique, mémoire de la photo mauricienne.

En quête d’infos sur les costumes des Engagés indiens et des propriétaires en 1936, nous sommes partis avec des pistes de recherche très intéressantes.
Malheureusement notre première séance de shopping dans les rues bigarrées de Port-Louis n’a pas porté ses fruits… Il nous reste un peu moins de 2 semaines pour trouver les costumes.

Metteur en scène heureux

Autre belle rencontre de la semaine, Carl de Souza (un de ces fameux auteurs Mauriciens que je lis depuis la France). Je vous conseille de lire « La Maison qui marchait vers le large ». L’auteur nous a été présenté par Adeline de Souza qui nous invitait à dîner. Adeline soutient « Sous la varangue » et son accueil fait chaud au cœur.

Sinon, la presse continue de nous visiter en répétitions. Cette semaine, j’ai enfin rencontré Dominique Bellier qui suivait le projet depuis très longtemps et avait même consacré un article à la lecture au Théâtre 13 à Paris.
Et puis la jeune dramaturge Yianna Amodine du mag Kozé est venue nous interviewer. Héloïse Adolphe est également venue nous questionner et l’équipe a pris la pose pour faire une couverture à paraître dans deux semaines.

 

IMG_4963

À la radio, nous avons bénéficié de presque une heure d’antenne avec Jessica et Ramen sur une des chaînes de ma MBC (radio nationale).

Enfin, la télévision mauricienne s’est intéressée à nous.
David a eu son « Portrait d’artiste » par Sedley Assonne diffusé à 20h sur une des chaînes de la MBC.

Et nous avons reçu la visite de Ritvik Neerbun venu filmer des extraits des répétitions pour la télévision mauricienne. J’étais ravi de rencontrer l’auteur du documentaire « Sur la piste du dodo ».

Pour conclure cette riche semaine, nous avons eu le plaisir d’accueillir Elodie Lhomme qui assurera la régie de la pièce.

Vous l’aurez donc compris, même s’il y a beaucoup à faire en peu de temps, je suis bien entouré.

 

Christophe Botti