portrait Stéphane Botti 72dpi

Stéphane suit une formation de comédien à l’école Florent et obtient parallèlement une maîtrise de théâtre autour de Jules Verne, mention très bien à l’université Paris-8. En 2010, il se forme à la magie nouvelle au Centre National des Arts du Cirque et intègre l’année suivante la formation professionnelle de l’école de mime corporel dramatique de Paris.

Depuis 1997, il travaille avec la Compagnie des Hommes Papillons pour laquelle il met en scène une quinzaine de créations dont « Lit et autres possibilités » et « Un cœur sauvage » de Christophe Botti ou « Moderato Cantabile » de Marguerite Duras.

En 1998, sa pièce « Toi et l’autre moi » obtient la mention spéciale du prix Albert-Willemetz pour le jeu et l’écriture. En 2002, la fondation Charles Oulmont (sous l’égide de la fondation de France) lui remet le prix Révélation théâtre pour le travail effectué avec la Compagnie des Hommes Papillons.

Il a également collaboré à la création des spectacles du clown Melle Piccolo (Allegro Piccolo en 2006, Mondo Piccolo en 2008).

Il a été comédien dans différentes productions dont « La Plus Grande pièce du Monde » jouée au Théâtre du Rond-Point en 2002 ou, en 2007, dans la mise en scène par Franck Chassagnac de « Doubles » qu’il a coécrite avec son frère Christophe.

En 2004, il a reçu un Prix d’interprétation masculine au festival Belo Horizonte pour le court-métrage « L’Homme sans tête » de Juan Solanas primé au festival de Cannes.

l'homme sans tête

Depuis 2010, Stéphane mène un nouveau travail autour du théâtre corporel. Sa recherche l’a mené à créer une première forme autour

flyer blancs manteaux recto light

de l’univers burlesque des films de Chaplin et Keaton. « La Merveilleuse Évasion », un spectacle transdisciplinaire (mime, théâtre, magie, danse, acrobatie)  et tout public tourne en festivals de rue et dans des théâtres depuis 2011. En avril 2013, Stéphane a commencé un travail de recherches autour des métamorphoses du corps en vue de nouvelles créations autour des arbres et de l’animalité.

 

En savoir plus : www.stephanebotti.com